Hydroponie.fr

Culture Hydro

Paris: Un potager d’intérieur s’installe en haut du parc de Belleville

| 0 Commentaires

AGRICULTURE MODERNE – Situé en haut du Parc de Belleville, dans la Maison de l’air, il s’appuie sur une méthode d’avenir pour la production de plantes…

«Grâce à ce système, les plantes ont une croissance trois à quatre fois plus rapide que sur terre». Pour Agnès Joly, ingénieur en agro-alimentaire, l’efficacité de son potager ne fait aucun doute. Installé dans la Maison de l’air, en haut du Parc de Belleville, dans le 20e arrondissement de Paris, il est composé de 180 pots hors sol et sans terre, qui permettent de produire des fleurs, de la coriandre, du basilic…

Un projet facilité par la Mairie de Paris 

Inauguré il y a six semaines, ce projet appelé «Aquaprimeur» a été monté par Agnès Joly avec sa société Joly Mer et une start-up toulousaine, Macadam Gardens. Au printemps 2013, la Marie de Paris avait lancé un appel dénommé «végétalisation innovante». Une trentaine de dossiers avaient alors été retenus, dont celui d’Agnès Joly, qui a été le deuxième à s’installer. Pour elle, «la mairie de Paris est seulement un facilitateur – pour la recherche d’un bâtiment par exemple – mais tout le reste est à nos frais, c’est un investissement total.»

Grâce à cette technique de production, qui ne nécessite pas de terre, les plantes poussent dans des billes d’argile complètement inertes. Elles développent ainsi un système racinaire plongeant dans l’eau, pompant directement dans celle-ci les éléments minéraux et nutritifs. Trois systèmes différents sont utilisés pour faire pousser ces plantes: l’hydroponie (engrais minéraux directement utilisables par la plante), la bioponie (engrais organiques bio demandant une certaine transformation) et l’aquaponie (engrais naturels faits d’excréments de poissons rouges).

Une solution d’avenir

Ces techniques, utilisées depuis une vingtaine d’années, permettent notamment de produire 90 % des tomates françaises. Rapidité, sécurité alimentaire, stabilité de l’environnement, cette solution peut représenter pour Agnès Joly l’avenir pour les petits légumes, certains fruits et herbes aromatiques. Mais elle précise: «Les champs ne disparaîtront pas, c’est un outil complémentaire pouvant permettre de produire dans des endroits insatisfaisants pour l’agriculture.» Après avoir installé leur potager, Agnès et ses associés doivent désormais trouver des restaurants friands de leur production de plantes aromatiques.

Source : http://www.20minutes.fr

Téléchargez le guide sur aquaponie.et

barrabas

Auteur : barrabas

Thank you l’Égyptien !!!

Laisser un commentaire

Champs Requis *.