Hydroponie.fr

Culture Hydro

La mouche mineuse de feuille

| 0 Commentaires

 La mouche mineuse de feuille

 

Les mineuses sont des larves d’insectes semblables à des chenilles qui, en creusant des galeries dans l’épaisseur des feuilles, sous l’épiderme, causent des dégâts plus ou moins graves. Les attaques de mineuse sont assez difficiles à contrer.

De minuscules « chenilles »:

mineuses en action

Il n’y a une mineuse mais des mineuses. Ce sont des larves longues de quelques millimètres, semblables à des chenilles, qui creusent des galeries dans l’épaisseur des feuilles des végétaux, afin de se nourrir du contenu des cellules du limbe, entre les 2 épidermes. Les mineuses peuvent ainsi appartenir à de  nombreuses espèces d’insectes : il peut s’agir de larves de petits lépidoptères (chenilles de papillons), de larves d’hyménoptères (fausses chenilles, comme les tenthrèdes) ou encore de larves de diptères (asticots de mouches).

Symptômes et dégâts:

feuilles-de-pois-atteinte-de-mineuses

Le premier signe d’appel est la présence sur les feuilles de taches ou de stries de différentes formes, de couleur blanche, grise ou brun clair. Les « mines » creusées par les larves ont une apparence assez typique selon les espèces (linéaire, ramifiée, spiralée, tortueuse, ovoïde, plus ou moins étroite…). La galerie s’élargit au fur et à mesure de la croissance de la « chenille », et la larve est relativement visible sous l’épiderme de la feuille. On peut noter la présence de frass, c’est-à-dire d’excréments sombres. Chez certaines plantes, les feuilles peuvent aussi s’enrouler sur elles-mêmes, notamment en cas d’attaque par la mineuse des citrus, dont la chenille sort de sa galerie pour fixer son cocon nymphal au bord de la feuille.

degats mineuses de feuilles

Les feuilles attaquées par une mineuse brunissent, sèchent et finissent par tomber. Il en résulte un affaiblissement de la plante, de l’arbuste ou de l’arbre par défaut de photosynthèse. Il est rare que la plante parasitée soit détruite par les mineuses, mais elle est plus sensible aux autres parasites et aux maladies cryptogamiques.

Pour les plantes ornementales, les dégâts sont aussi d’ordre esthétique, et pour les arbres fruitiers et les légumes, une récolte médiocre voire inexistante est à craindre.

Plantes concernées :

Chaque mineuse est généralement monophage, c’est à dire qu’elle ne s’attaque qu’à une plante en particulier. Cependant, les espèces de mineuses sont nombreuses, et un grand nombre de plantes sont ainsi concernées par ces parasites.

  • Plantes parasitées par des mineuses de type larves de lépidoptères : marronnier, châtaignier, pommier,érable, agrumes, pêcher, tomate…
  • Plantes parasitées par des mineuses hyménoptères : orme, bouleau…
  • Plantes parasitées par des mineuses diptères : houx, poireau, ciboulette, ail, oignon…

Cycle de vie :

mineuse_Figure18_tomate_DB_821

Les mineuses pouvant appartenir à des espèces très différentes, les cycles de vie sont évidemment variable d’une mineuse à une autre. On note cependant des points communs dans le comportement de ces insectes.

La ponte des oeufs par les adultes commence au printemps. Les oeufs, déposés sur le feuillage, éclosent et donnent naissance à des « chenilles » qui pénètrent à l’intérieur des feuilles. Elles y passent toute leur vie larvaire, ou seulement une partie. Elles se transforment ensuite en nymphes, d’ou émergent des individus adulte prêt à se reproduire à leur tour. Plusieurs générations de mineuses peuvent se succéder entre le printemps et l’automne. Puis, au moment de la chute des feuilles et de l’arrivée du froid hivernal, les mineuses se mettent à l’abri pour attendre le printemps.

Moyens de lutte

Il n’est pas facile de se débarrasser des mineuses, surtout si elles attaquent des arbres de taille importante. Pour les arbustes et les plantes potagères, on peut essayer de couper les feuilles parasitées et de les brûler, ou de supprimer entièrement les jeunes plants (poireaux, oignon…). Les légumes pourront également être protégés à l’aide d’un voile anti-insectes.

Pour traiter une attaque de grande ampleur, plusieurs solutions existent, mais elles ont une efficacité mitigée :

  • Traitement chimique : les insecticides à pulvériser s’avèrent généralement inefficaces sur les mineuses qui sont protégées par l’épiderme de la feuille. Il faut donc recourir à un produit systémique (sauf au verger et au potager !), avec tous les inconvénients que cela comporte (rémanence dans le sol, destruction d’insectes auxiliaires bénéfiques, notamment les prédateurs des mineuses, apparition de résistance chez les insectes…) ;
  • Pièges à phéromones qui capturent les adultes mâles, et limitent ainsi la ponte : à réserver aux petites infestations, et plutôt en préventif ;
  • Lutte biologique intégrée : pour le moment, cette méthode naturelle n’est pas très développée dans le cadre de la lutte contre les mineuses.

Sources: Gerbeaud

Téléchargez le guide sur aquaponie.et

Laisser un commentaire

Champs Requis *.