Hydroponie.fr

Culture Hydro

L’Equateur se met à l’hydroponie.

| 0 Commentaires

quitoEquateur parie sur l’hydroponie

L’équateur est un pays situé au nord ouest de l’Amérique du sud. C’est un pays à la beauté sans pareil, mais c’est aussi un pays qui rencontre d’importantes difficultés socio économique.
En 1996, 27% de la population des villes ne survenaient pas à leurs besoins vitales et 37% des habitants défavorisées des villes n’arrivaient pas à couvrir les besoins de leur famille.

Le régime alimentaire d’un équatorien classique est constitué de riz, de patate de yucca, de pain, de margarine et d’un très petit apport en protéine, le citoyen équatorien consomme très peu de fruits et légumes.
En Équateur la consommation moyenne de fruits et légumes à l’année par habitant et de 30 kilos alors que la moyenne pour l’Amérique latine est de 60 kilos soit deux fois moins.

Conscient de ces problèmes le gouvernement Équatorien a mis l’accent sur la nutrition et la sécurité alimentaire pour les jeunes enfants de 0 à 6 ans dans les zones les plus défavorisées. Le gouvernement a demandé à l’organisation des nations unies pour la nourriture et l’agriculture (FAO) de lancer un projet d’agriculture hydroponique simplifié à travers le pays dans huit zones sensibles.

Ce projet fut commencé en Mai 2000 par la FAO en coopération avec l’institut national pour les enfants et la famille (INNFA). Cette organisation est directement impliqué auprès de 44000 enfants répartis dans 1200 centres avec l’aide des familles et des communautés.

De plus la FAO a passé un accord avec l’association Hydroponique Uruguayenne (ASUDHI) afin d’embaucher un expert international de la culture des légumes en hydroponie ainsi que des projets similaires à travers le monde en partenariat avec les communautés sociales.

Les objectif du projet :

L’objectif principal du projet et d’apporter une solution viable et sur le long terme en ce qui concerne la production de légumes de qualité supérieurs par le biais de la culture hydroponique simplifié. Entre autre les principaux buts sont:

Augmenter l’accès et la disponibilité des légumes pour les enfants de moins de 6 ans participant au programme de l’INNFA dans les centres concernés.
Aider les familles à s’organiser en micro entreprise fermière afin d’améliorer leur revenu et leur train de vie tout en leur assurant une sécurité alimentaire ainsi que des revenus pour les générations futures.

La stratégie établie :

C’est par la formation et le suivi intensif des leaders des communautés qu’une solidarité pourra voir le jour au sein même de ces communautés, l’objectif étant de renforcer les liens intracommunautaires en passant par :

La mise en pratique de l’agriculture hydroponique simplifiée pour la production de légumes frais.
Promouvoir une organisation social qui permettra au participants au projet de le faire évoluer, afin de de créer des mini entreprises hydroponique avec le soutien des communautés locales.

Que sont les “Systèmes Hydroponique Simplifiée”? :Hydroponie3

Depuis 1991 la FAO a été très active dans le développement et dans la mise en avant des systèmes hydroponique simplifiée (SHS) en tant que moyen d’obtenir de la nourriture saine pour les populations à faible revenue dans les zones urbaines et péri-urbaines.

Sur le site de la FAO/RLC on peut trouver un tas de support mis à disposition gratuitement pour les gens souhaitant apprendre le fonctionnement des SHS. De plus les superviseurs de SHS se sont vu faciliter l’accès à des formations pratiques dans des pays comme le Chili, Le Brésil, le Pérou, le Costa Rica ou encore l’Uruguay.

En pratique les SHS sont une branche “low-cost” de la culture hydroponique développer pour l’Amérique latine. Ce sont des systèmes utilisant les bases de l’hydroponie moderne utilisée aux USA, en Europe et en Australie sauf qu’ils différent en plusieurs point qui sont les suivant :

bilde4Les systèmes hydroponique classique (sophistiqués) servent aux entreprises agricoles pour augmenter le profit et maximiser les rendements. Ce sont des systèmes qui utilisent des technologies de pointe permettant de minimiser l’entretien. Ces fermes hydroponiques sont souvent situé dans des régions rurales.
L’objectif principal d’un SHS est une utilisation familiale, procurer à manger pour la famille ainsi que dégager une petite source de revenue. Ce sont des systèmes conçu pour des gens qui ont de faible revenus . Les SHS utilisent des matériaux bon marché et sont d’un fonctionnement simplifié il demande très peu d’investissement et ce sont les familles qui fournissent la main d’œuvre. La plupart du temps ces serres sont installés en périphérie des villes ou même dans les villes, même si ils sont totalement adapté au milieu rural.

Avantages liés aux SHS :

– La technique à un faible coût d’installation et de plus les SHS sont très simples à utiliser. Il est possible d’apprendre les techniques seul et les cours de formation de ne sont pas très onéreux. Ces formations sont financés et dispensés par la FAO/RLC dans le cadre de la stratégie mis en place pour dynamiser la production de fruits et légumes dans les villes et les périphéries. Ce type de culture nécessite trés peu de connaissances dans le domaine et les résultats ne prennent que quelques semaines à porter leurs fruits dans l’intérêt des communautés locales.
– Cela permet entre autre de cultiver sans terres arables, seulement avec de l’eau (enrichi en minéraux) dans des containers. Il est possible avec ces techniques, de cultiver dans des substrat bon marché (sable, gravier, paille de riz etc…). De plus beaucoup de variétés de végétaux peuvent être cultivés comme les salades, tomates, carottes, ail, plantes médicinal et aromatiques etc…
– Mets en avant la réutilisation des matériaux, de ce fait les déchets ordinaires, comme des bouteilles en plastiques ou des planches de bois deviennent utiles.
– Les SHS ouvrent une nouvelle perspective sur l’emplacement des cultures, avant pour produire de la nourriture on voyait forcement un champ alors qu’avec cette technique on peut cultiver partout (cours, jardins, toits ou encore sur les murs en culture vertical).
Utiliser l’eau au mieux, toute la solution est utilisé, il n’y a pas de pertes par contre l’eau potable doit être accessible facilement.
– Permet aussi de générer une source de revenu à la famille et/ou aux petites entreprises crée dans les communautés.
– Les légumes produits sont d’une qualité supérieure et totalement inoffensif pour l’homme. Les fruits et légumes récoltés ont une haute valeur nutritionnelle. Comme les légumes sont produits dans la famille ils sont d’ordinaires récolté juste avant consommation ce qui garantis une fraicheur ainsi qu’une valeur nutritionnelle et médical très riche. Par ailleurs les SHS permettent de cultiver hors sol donc la pollution lié à la terre est oubliée, afin de garantir une qualité finale optimale il est recommandé d’utiliser de l’eau potable ou de l’eau de pluie.

Qui sont les bénéficiaires du projets:

Ce projet vise à aider les populations défavorisé des villes, des périphéries mais aussi des gens qui habitent dans les campagnes Équatorienne. Il y a environ 60 a 80% de la population qui vivent dans la pauvreté.
Les bénéficiaires prioritaires du projets sont principalement les enfants âgés de 0 à 6 ans qui sont suivis quotidiennement dans les centres de développement. Le plus c’est que les communautés dans lesquelles ces enfants et leurs familles vivent ont aussi pu profiter des avantages liés au projet.

Ou sont les SHS:

image0048Les systèmes hydroponique simplifié ont été mis en place dans huit endroits différents. Ils sont placé dans des régions qui ont un fort contraste (région montagneuse et côtière) environnementale avec les contraintes qui y sont liées. Au bord de mer le climat chaud alterne entre humidité et sécheresse alors que dans les régions montagneuse ( à peu prés 3400m d’altitude) le climat et plutôt tempéré avec des températures qui chutent pendant la nuit.

SierraImpacte social et résultats:

– Les systèmes hydroponique pilote furent installé à proximité de huit centres pour enfants. Ils ont été installé dans des serres allant de 400 à 700 m², les modules ont été réglé avec les normes d’irrigation de base, des bacs de récupération d’eau de pluie et un accès à l’eau. L’eau utilisé est traité légèrement au chlore afin d’en garantir sa disponibilité aussi bien pour l’eau d’arrosage que pour laver les légumes après la récolte.
– Deux personnes (homme ou femme) furent sélectionnés parmi les communautés et formés par les consultants de la FAO pour travailler sur les systèmes. Pendant deux ans ces personnes reçurent un suivis intensif pour les aider à progresser et maîtriser tout les aspects des systèmes ce qui leur a permis d’élargir la gamme de légume cultivé. Ce suivis leur a aussi permis de comprendre le fonctionnement des micro entreprises.
– Beaucoup de micro entreprise dans le domaine de l’agriculture ont vu le jour suite au projet (grâce au conseil des membres des communautés formé au préalable) dans le but d’obtenir de très bon résultat sur leur cultures.
– Les régions ont toutes mis à disposition de la main d’œuvre et un terrain pour installé les serres renforçant de ce fait les liens communautaires.
70% de la production issue des huit systèmes hydroponiques était réservée pour fournir en fruits et légumes frais 54 centres donnant ainsi a manger pour 2,567 enfants. Les 30% restants de la production était vendu entre voisins et sur les marchés. De cette manière les communautés parvenaient à dégager les revenus nécessaires pour continuer à faire fonctionner les systèmes une fois que l’investissement de base donné par la FAO fut utilisé en entier.

Utilisation prévisionnelle des systèmes :

Chaque site de production à élaborer son propre schéma de production en fonction de plusieurs point, à savoir:

Procurer la nourriture nécessaires pour les centres de développement pour enfants.
Des études de marché faite dans les communautés et les environs.
Le potentiel de la production en fonction des variétés de légumes cultivés, des compétences des cultivateurs, de l’adaptation à l’environnement, de la qualité de l’eau, des conditions climatiques des nuisibles et des maladies locales.

Qualité des produits :

legumes02_a4eae8d9dd3a6b3991764145fbe5b5bdLes légumes produits ont une haute teneur nutritionnelle (frais, sain, peu de perte, très haute teneur en vitamines etc…)
La production est réalisée sans utilisation pesticides et de plus il n’y a aucun microbe et maladies.

Réduction des maladies :

Nous avons pu constater une baisse signifiante des infections respiratoires, une réduction des cas de diarrhées ainsi que des maladies de la peau sur les enfants dans un même centre de développement en comparaison avec les mêmes enfants de ce centre avant la mise en place des SHS.
Une amélioration dans leur état de santé général, avant ils avaient le teins pale et l’air triste, maintenant ils ont l’air en forme et heureux.
Ces améliorations sur l’état de santé général des enfants sont surement liés à leur nutrition. Le fait d’avoir varié leur alimentation en les nourrissant de fruits et légumes sain, d’une qualité supérieur avec des valeurs nutritionnelles plus importantes. De plus leur état psychologique c’est lui aussi amélioré car ils sont directement intégré au projet étant qu’ils y participent activement.

Conclusions :

La difficulté initiale du projet était liée aux différents emplacements des 8 SHS surtout par rapport aux différences d’altitude et de micro-climat. Les experts avaient du compiler des données à savoir sur comment fonctionne un système hydroponique dans son environnement. L’enjeu du projet risquait d’être mis a mal car il fallait analyser quels types de végétaux cultiver, quel eau utiliser ( sur un point de vue biologique et micro biologique, pollution etc…) ainsi que les différences liés au climat.

De plus il fallait que la logistique soit opérationnelle, à la base les experts ne savait pas à quel point les communautés concernés par les SHS allaient s’impliquer. Ces communautés avant l’implantation des SHS n’avaient pas accès à des fruits et légumes du fait des problèmes liés à la terre et à l’eau, en effet l’eau disponible pour l’irrigation dans les régions côtière (eau salé) avait une électro-conductivité comprise entre 3 et 6 mS ce qui est difficilement utilisable en hydroponie.

En tenant compte de ces problématiques la question de faisabilité c’est posée. Une expérience à petite échelle a été réalisé dans la commune de Tugaduaja la où les précipitations annuelle ne dépasse pas les 76 mm et l’eau disponible pour l’irrigation a une EC de 3.73mS/cm.boletin-21-huaraz-2
Pour réaliser cette expérience le SHS a été utilisé avec des panneaux d’ombrage, des variétés sélectionnés de végétaux et un mélange d’eau de pluie et d’eau de la nappe pour l’irrigation. Le résultat fut surprenant, les experts se sont rendus compte qu’il pouvait cultiver une vaste de gamme de végétaux d’une excellente qualité malgré les difficultés liés a l’environnement.

Pour conclure, ce projet à permis de démontrer que les systèmes hydroponiques simplifiées pouvaient être une très bonne alternative à la production classique de nourriture surtout dans les régions défavorisées habité par des populations pauvres. Cela permet de pallier un tant soit peu au problèmes liés à la nutrition.

Les retours positifs des membres des communautés pour les légumes frais sont très encourageant pour le futur. Les légumes produits dans les SHS sont frais et non contaminés par la pollution ambiante contrairement à ceux disponible à l’achat sur les marchés locaux, cela a pu redynamiser l’activité économique dans les régions ou ont été implanté les SHS.

Au final les experts de la FAO/RCL ont constaté que cette méthode de SHS pouvait être utilisé dans tous les pays connaissant des difficultés similaires à celle de l’équateur. Des projets comme celui ci permettrait d’améliorer les conditions de vie des populations en difficultés en leur amenant des fruits et légumes frais et sain tout en relançant l’économie locale.

Téléchargez le guide sur aquaponie.et

Laisser un commentaire

Champs Requis *.