Hydroponie.fr

Culture Hydro

Le matériel de chauffage de l’air

| 0 Commentaires

Caractéristique du chauffage

La puissance de chauffage à installer dans un espace de culture dépend de plusieurs facteurs, qui sont :

– Le volume à réchauffer,

– La qualité de l’isolation

– Les différences de températures avec l’extérieur

– La présence d’un éclairage photosynthétique : les lampes (et les ballast ferromagnétique) participent à l’élévation de la température d’un pièce.

– Et bien sûr des plantes cultivées! La température optimums est l’écart de température permettant la meilleur croissance en l’absence de facteurs limitants. Cette température est propre a chaque espèce.

Les différents types de chauffage

Les dispositifs de chauffage peuvent utiliser l’énergie électrique ,ou des combustibles fossiles.

Nous n’allons pas établir une liste exhaustive de dispositifs de chauffage pour les « petits abris de culture ».
Nous n’aborderons pas non plus le chauffage des serres de production professionnelle. (Il existe des ouvrages spécialisés sur le sujet.)

 Le chauffage par énergie électrique :

Le chauffage électrique est plutôt réservé aux petites installations à cause du coût de cette énergie. Mais l’avantage de ce type de chauffage est sa réactivité qui permet de chauffer rapidement un espace de culture : la production de chaleur est quasi instantanée.

Certains cultivateurs utiliser dans leurs petites serres des radiateurs à bain d’huile lors de chutes brutales des températures. La chaleur émisse par rayonnement et convection par ces dispositifs de chauffage est agréable et moins asséchant que les covecteurs électriques. Ces radiateurs ont une puissance pouvant atteindre 2kW (2000W), ce qui devrait être suffisant pour une pièce de 5 à 10m2 lors des pointes de froid, au plus fort de la mauvaise saison.

D’autres cultivateurs utilisent des chauffages électrique soufflant.

Ce type de matériel a une action asséchant sur l’air à cause/grâce à la convection de l’air. Ces chauffages soufflants sont donc plus efficace pour la gérer les excès d’humidité que les radiateurs à bains d’huile (fluide caloporteur)

Ces chauffages soufflants, à résistances électriques (de type chauffage de chantier) ou à céramique (les petits chauffages de salle de bain) d’une puissance de 2kW à 3kW sont généralement compacts et peuvent s’utiliser en hauteur pour libérer la place au sol.

Ces chauffages électriques sont équipé de thermostat qui autorise un réglage de la température.

Et bien sur, lorsqu’on parle de matériels électriques dans une salle de culture en hydroponie, il convient de les installer hors de porté des projection d’eau.

(installer un appareil avec indice de protection (IP) de l’appareil adaptée à l’utilisation. )

Le chauffage par énergie fossile :

Le réchauffement d’un abris de culture au moyen d’un chauffage par propane ou butane est réservé aux espaces de cultures de grands volumes.

En effet, il y a un dégagement de vapeur d’eau lors de la combustion qui pourrait rendre l’atmosphère de l’espace de culture trop humide.

Les chauffages soufflant au gaz limite l’élévation du degré hygrométrique grâce à la convection de l’air. Cet appareil est alimenté directement par le réseau de gaz. Son installation doit se faire par un chauffagiste professionnel. Aussi appelé générateur d’air chaud (ou air pulsé), ces dispositifs se rencontre dans les serres professionnelles et complètent généralement l’installation de chauffage centrale. Ils permettent de maitriser l’hygrométrie par leur action asséchante.

Les chauffages d’appoint se présentant sous forme de « poêle » mobile qui ont gagné en compacité avec le temps et leur rendement énergétique s’est amélioré.
Le raccordement de ces appareils à la bouteille de gaz se fait au moyen d’un détendeur.

L’avantage de ces combustibles est qu’il est possible de récupérer le dioxyde de carbone issu de la combustion et d’en faire profiter les plantes. (à venir dans la rubrique CO2).

Cependant l’autonomie en combustible est limitée et nécessite des remplacements fréquents des réservoirs de gaz.

Il existe 3 types de chauffages mobiles au gaz :

à flamme bleu ( infrableu) : ces modèles sont particulièrement économique d’utilisation.

1,3/3 kW chauffe une surface de 38m² et un volume de 90m³ pour une consommation de butane de 94 à 218 g/h de butane

à flamme rouge (infrarouge) : ils diffusent rapidement une chaleur douce bien réparti dans l’espace et ne dessèche pas l’air.,

2/3,8 kW pour une surface de 48m² et un volume de 120m³. Consommation de 145 à 276 g/h de butane.

à catalyse : ces chauffages à combustion sans flamme sont particulièrement fiables et offrent un degré de sécurité supplémentaire par rapport aux précédents. (réduction des émission de monoxyde de carbone CO). La puissance de ce type de chauffage au gaz est limité à 2,9kW

1,3/2,8 kW pour une surface de 34m² et un volume de 85m³. Consommation de 94 à 204g/h de butane.

Sécurité :

Si vous souhaitez acquérir un appareil de chauffage au gaz, assurez-vous qu’il remplisse toute les normes de sécurité :

– Coupure par thermocouple: l’alimentation en gaz est coupé lorsque la flamme s’éteint

– Sécurité anti-basculement: coupure de l’alimentation en gaz en cas de chute de l’appareil

En Europe, la norme EN 449 certifie que l’appareil de chauffage rempli les conditions de sécurités.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.