Hydroponie.fr

Culture Hydro

Gestion climatique : le renouvellement et le brassage de l’air pour la maitrise de l’humidité

| 0 Commentaires

Comment gérer l’hygrométrie dans un espace de culture ?

Gestion climatique:Le renouvellement et le brassage de l’air pour la maitrise de l’humidité

Un espace de culture en intérieur est soumis à la production constante d’humidité à du fait de la vapeur d’eau évacuée par les plantes.

Pour maintenir l’humidité d’une pièce à un taux constant, il est nécessaire dans un premier temps de brasser la masse d’air pour l’homogénéiser.
Ensuite, il faudra expulser cette eau contenue dans l’air hors de la zone cultivée.
D’ailleurs la composition chimique de l’air a été modifié, avec une réduction de la teneur en dioxyde de carbone.

Le renouvellement de l’air vicié par un air sain contribue à établir des conditions de croissance optimales des plantes. (teneur en CO2 dans l’air et taux hygrométrique adaptée à l’espèce, l’étape de croissance.)

Les différents moyens pour renouveler l’air d’un abris de culture et réduire l’humidité :

– La ventilation naturelle :

Cette méthode utilise la convection naturelle pour remplacer l’air. C’est l’ouverture des ouvrants dans une serre de production (ce sont les parties mobiles de la toiture utilisées pour gérer la température, l’hygrométrie, le taux de CO2), ou d’une fenêtre, pour les petites surface cultivé. L’air vicié, chaud et humide, moins dense que l’air froid de l’extérieur est chassé hors de l’enceinte de culture.

La qualité du renouvellement de l’atmosphère est variable car elle dépend de plusieurs facteurs (différence de température, d’humidité, vitesse et turbulence du vent). L’ouverture de l’espace de culture vers l’extérieur constitue une porte d’entrée pour les insectes ravageurs….

Cette méthode d’aération est utilisé dans le secteur professionnel, conjointement avec un brassage de l’air et/ou une augmentation de la température (chauffage à air pulsé)

– L’aération dynamique :

Des machines interviennent pour extraire l’air humide. On utilise des aérateurs, ou extracteurs d’air. Ceux-ci se caractérisent par le volume d’air qu’ils déplacent.

Ce matériel a l’avantage par rapport à l’aération naturelle d’offrir un renouvellement d’air constant (débit d’extraction déterminé) et un meilleur« pouvoir asséchant ».
La maîtrise du degré hygrométrique est donc plus facile et plus efficace avec ce matériel.

Les différents modèle d’extracteurs pour les jardins en intérieurs :

extracteur airLes ventilateurs pour gaines circulaires : extracteur /intracteur

Ce type de ventilateur sont très communs dans les salles de cultures, car ils offrent de nombreux avantages:

– Ils sont facile d’installation, ils peuvent se fixer dans toutes les positions.

– Les moteurs qui équipent ce matériel est réglable, le débit d’air est donc variable

– Ils sont compacts, léger grâce à une volute en plastique

Une gamme de ventilateurs largement éprouvé Europe est la série RVK de Sytemair.

Ces extracteurs sont particulièrement silencieux pour le débit d’extraction.
Le modèle RVK 315 L1 ayant un débit 510 litre d’air par seconde, génère à 3 mètres de la source 45,3 dB(A).
Le plus petit modèle (125A1) génère 34,5 dB(A) avec un débit de 51l/s .

Ce type d’extracteur a un indice de protection électrique satisfaisant pour la culture en intérieur.

torinLes ventilateurs centrifuges .(Torin)

Ces extracteurs sont aussi appelé aérateur escargot, pour leur forme caractéristique, (pas pour la vitesse à laquelle tourne le moteur).

Ce type d’aérateur est aussi performant que les premiers mais est moins silencieux. Un caison insonorisant est souvent proposé pour atténuer le bruit lors du fonctionnement de l’appareil.

Cet aérateur se pose directement sur le mur, avec la section carrée contre celui-ci. L’air est ainsi directement évacuer vers l’extérieur.

Un raccord mural (circulaire) installé de l’autre coté du mur permet d’évacuer l’air en dehors de l’abris de culture via une gaine circulaire.

La consommation électrique de ce type d’extracteur est de 48W pour 250m³ d’air déplacé par heure, un peu plus gourmand que les premiers.(Modèle RVK 125-A1 : 220m³ pour 31W)

Le temps de fonctionnement des extracteurs dépend de la teneur en CO2, de la température mais aussi de l’hygrométrie. Ceux-ci doivent absolument fonctionner lorsque ce la température et l’humidité sont excessive. Une petite élévation de la température aide à évacuer les masses d’air humides.

Il est possible de faire maintenir l’humidité relative d’une chambre de culture grâce à un hygrostat. Ce capteur mesure le taux hygrométrique et déclenche la ventilation. Certains modèles permettent de commander la ventilation et le chauffage en même temps.

Lorsque le température est optimale ou basse dans l’espace de culture, c’est le brasseur d’air qui est chargé de réduire le degré hygrométrique. Mais dans tout les cas, l’extraction d’air est nécessaire pour obtenir une teneur en CO2 acceptable.

turbo-ventilateur-honeywellLes brasseurs d’air

Les extracteurs d’air sont utilisés quand la température et l’humidité sont excessives.

Les brasseurs d’air ont un rôle différents de l’extracteur. Ils homogénéisent l’atmosphère des plantes par convection de la masse d’air.

En effet, il existe des différences de température et à fortiori d’humidité dans le volume que constitue un abris de culture. Ces différences s’expliquent par l’orientation de l’espace de culture (la partie au nord sera plus humide), la densité de plante, la présence de réserves de solution nutritives des systèmes hydroponiques, l’installation d’un éclairage photosynthétique. (augmentation de la température)

Les brasseurs d’air vont réduire le degré hygrométrique grâce à leur effets desséchant. Il est un précieux allier pour prévenir les maladies cryptogamiques. (Ils peuvent être aussi un agent de propagation de maladies fongiques comme la rouille en dispersant les spores)

Les ventilateurs vont participer à la lignification des jeunes plants : les tiges frêles herbacées se fortifient et deviennent plus résistantes aux attaques d’insectes, grâce à un « effet de muraille»

Une mauvaise utilisation des brasseurs d’air peut avoir des effets négatifs sur la végétation :

– Un flux d’air violent et constamment dirigé vers les plantes provoquent la fermeture des stomates, ce qui réduit l’activité photosynthétique.

– Une utilisation prolongé, peut réduire excessivement l’humidité au contact des plantes.
Cela crée un « environnement » sec favorable aux développement de tétranyches (araignées rouge alias votre pire ennemi).

Enfin, les brasseurs d’air participe à la fécondation des plantes anémophile comme la tomate.(dont la dissémination des gamètes est assurée par le vent). Une mauvaise fécondation peut aboutir à des fruits difformes.

Hydrobox.com, Growshop.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.