Hydroponie.fr

Culture Hydro

Bruay la buissiere : Des fraises en culture Hors Sol

| Un commentaire

Bruay la buissiere

Ils sont les derniers agriculteurs de Labuissière et ils font mieux que résister. Ils évoluent.
Installé ici depuis quatre générations, le clan Philippe continue de labourer la terre et faire de la grande culture. Mais pas que…
Le fils qui vient de rejoindre le père va apporter sa touche avec 6 000 m2 de serres destinées à la production de fraises. Première récolte annoncée pour cet été.

Bruay la buissiere

 

Depuis plusieurs semaines, dans les champs situés à quelques encablures du terril viticole d’Haillicourt, les engins de terrassement et les tracteurs vont et viennent. Un ballet de véhicules intrigant, sur les terres de la famille Philippe.

Sous le regard de Jean-Pierre, le père, c’est le fils, Bertrand qui explique. « C’est pour nos serres. Je suis revenu à la ferme avec le projet de produire des fraises. » Après une formation agricole, le jeune homme était devenu ouvrier paysagiste. Il a travaillé dans ce milieu pendant sept ans, mais, dans un coin de sa tête, il avait toujours voulu revenir. « J’ai grandi ici, au milieu des tracteurs. C’est mon truc. » L’heure de la retraite ayant sonné pour son oncle et sa tante qui ont longtemps travaillé sur l’exploitation avec son père, Bertrand avait l’occasion de rentrer au bercail.

« J’ai quitté mon emploi le 20 décembre. Le 1er janvier, je m’installais avec mon père. » Jean-Pierre est ravi, sa fille ayant choisi la voie de l’enseignement, restait le fils pour reprendre l’affaire : « Cette ferme a été créée par mon grand-père, Oscar Philippe. Mon père, Aimable, l’a reprise. Moi, je suis arrivé en 1977, mon frère, Bernard, y était depuis un an. C’était important qu’il y ait une transmission. »

Bertrand ne voyait pas les choses autrement. Et pour plus tard, il se dit déjà que son petit Jules qui a à peine 5 ans pourrait lui aussi chausser les bottes. « C’est vrai que la vie d’agriculteur est dure, qu’on n’a jamais terminé et qu’aujourd’hui, il faut investir… Mais j’aime ça, et j’ai le soutien de ma compagne et de toute la famille. Ils sont tous derrière moi. »

Des bourdons dans les serres

Bien sûr, le père et le fils continueront de cultiver les betteraves sucrières, le blé ou encore le colza, sur les 120 ha de l’exploitation. Mais à compter de juillet, ils devront aussi prendre soin, à la main, des quelque 32 000 pieds de fraises. « Ce mois-ci, on devrait commencer à monter les serres. Et avant le 10 juillet, on procédera à la première plantation. La première récolte est programmée cinq semaines après. Il s’agira de culture hors sol. Il faudra bien gérer l’ambiance de la serre en ouvrant et fermant les auvents. Je serai aidé par la coopérative de Phalempin avec qui je suis en lien. Dès que j’ai une question, je m’adresse à leur technicien. Je découvre dans le domaine, c’est important d’être bien accompagné. »

Pourquoi la fraise ? « Parce que je cherchais une agriculture économiquement viable. Je voulais aussi travailler dans un endroit propre, les pieds au sec et que cela contribue à la diversification de l’exploitation. »

Un contrat lie l’agriculteur à la coopérative du Nord. Il n’empêche qu’il pourra aussi faire de la vente au détail depuis la ferme. Mais pour l’heure, le trentenaire n’en est pas là. Il faut encore terrasser et dresser les treize chapelles qui constitueront la serre.

À l’intérieur comme son père le pratique déjà dans les champs, Bertrand sera adepte d’une agriculture raisonnée. « Pas de programme de traitement. On ne traite que si nécessaire et sur les feuilles, pas quand le fruit est là. Il y aura même une protection intégrée avec la présence de bourdons. » Des bourdons ? « Oui, il y aura des ruches ouvertes. Ils contribueront à la pollinisation. »

En attendant, des démarches administratives sont au programme du Labuissièrois et surtout l’implantation des serres.

Source : http://www.lavoixdunord.fr

Hydrobox.com, Growshop.

barrabas

Auteur : barrabas

Thank you l’Égyptien !!!

Un Commentaire

  1. barrabas

    Dans le nord aussi on sait faire de la bonne Fraise !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.