Hydroponie.fr

Culture Hydro

L’hydroponie au milieu des glaces : Arctic Harvester

| Un commentaire

Arctic HarvesterLe Prix Innovation et Architecture pour la Mer  a été remis à l’équipe franco-britannique composée de trois jeunes étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture Paris-Malaquais – Meriem Chabani, Maeva Leneveu et Etienne Chobaux -, associés à l’anthropologue britannique John Edom, pour leur projet ‘Arctic Harvester’, une communauté agricole itinérante parmi les icebergs.

Arctic Harvester : un dispositif d’exploitation arctique au service d’une agriculture hors sol

Le projet part d’un constat presqu’évident : l’agriculture pratiquement inexistante du Groenland. C’est vrai que cultiver au milieu des glaces n’est pas le schéma habituel qu’on peut se faire de l’agriculture… Même les edelweiss ont besoin d’un peu de terre ! De ce fait, les groenlandais doivent importer la quasi totalité des légumes consommés ! Il faut que ça change !  Mais que faire pousser sur un champ de glace ?

Une ressource inexploitée comme base de projet

Qu’on se le dise, ce qu’on trouve le plus au Groenland, ce sont des icebergs. Rien d’étonnant à ce ceci  puisque les quatre plus grands glaciers du pays, Petermann, Kangerdlugssuaq, Helheim et JakobshavnIsbræ, représentent à eux seuls pas moins de 20% de la surface de glace Groenlandaise. On estime qu’en moyenne, ceux-ci produisent entre 30 et 47 Gigatonnes de glace par an. Ce serait dommage de ne pas l’exploiter.

Les icebergs peinent à trouver une place dans l’imaginaire collectif, ce qui est plutôt compréhensible. A première vue, c’est pratique pour conserver des denrées mais de là à en faire un support de culture requiert pas mal d’imagination.Arctic Harvester - Arctic Harvester

Or, la glace du groenland n’est pas si stérile que ça et constitue de véritables écosystèmes nomades habités d’une vie marine riche et diversifiée. Ils alimentent notamment le phytoplancton, base de l’alimentation de l’océan. La glace est ainsi un maillon indispensable de la chaîne alimentaire marine.

Quoi de plus naturel alors que cette eau riche en nutriments devienne le point de départ du projet Arctic Harvester : elle s’avère être idéale pour une agriculture hydroponique. il faut juste aller chercher les ressources là où elles se trouvent en mettant en place de larges structure agricoles puisant l’eau des icebergs.  C’est l’océan, et non plus la terre, qui devient le champs de production.

De même, cette même eau est à l’origine de toute la production d’énergie de la plateforme grâce à une centrale à énergie osmotique, utilisant l’eau salée de l’océan et l’eau douce des icebergs, une fois que celle-ci sera arrivée à la fin de son cycle de nutrition des espèces cultivées à bord de l’Arctic Harvester. Malin non ?

Système de traitement des icebergs : le jardin des glaces

En pratique, les icebergs entrent dans le jardin de glaces par l’arrière de l’Harvester grâce à un puissant système de tapis roulant.  Le jardin des glaces est un cercle fermé au niveau de la mer. Une jupe ouverte et de forme conique descend à une profondeur de 150 mètres et demeure accessible à la vie aquatique pour qu’elle puisse atteindre les nutriments des icebergs situés à l’intérieur du jardin. La séparation entre l’eau douce et l’eau salée de l’océan se fait par différence de densités : l’eau douce plus légère demeurera dans la partie supérieure du cône.

arctic harvester coupe-longitudinaleL’eau douce des icebergs est récoltée proche de la surface à l’intérieur du jardin de glaces, et est acheminée là où elle est requise : dans les systèmes d’irrigation des espaces agricoles, centrale de traitement pour eau potable, et en dernier lieu dans la centrale à énergie osmotique. Les eaux usées sont également traitées à bord de l’Arctic Harvester.

En plus d’être la source et le réservoir des ressources primordiales de l’Arctic Harvester – l’eau douce et riche en nutriment , accumulée de la fonte des icebergs – le jardin de glaces est également le centre économique et social du village de l’Arctic Harvester. Ce village s’inspire directement des villages groenlandais en terme de structure et d’organisation.

Des serres flottantes, gérées de manière coopérative, sont les propriétés des habitants pour la récolte et la consommation de fruits et de légumes. Elles sont également des espaces de relaxation et de rétablissement, à l’écart de l’agitation du village. Le réservoir circulaire est également une zone de pêche protégée pour la pêche traditionnelle au kayak, accompagné d’une possibilité de culture de poissons à plus grande échelle.

 Une Agriculture mobile

 L’Arctic Harvester est conçu comme une base mobile pour la production agricole groenlandaise, et propose une véritable alternative aux besoins d’importation maraichère des habitants d’un pays majoritairement enfoui sous la glace. La mise en réseau de plusieurs Arctic Harvesters rendrait les récoltes considérables, grâce à la création de nouvelles surfaces pour l’agriculture, à la disponibilité immédiate d’eau enrichie en nutriments issue des icebergs, et à l’efficacité de l’agriculture hydroponique. A tel point que le déficit agricole du Groenland serait pallié voire inversé, et le surplus exporté aux pays nordiques voisins.

Grâce à sa mobilité, l’Arctic Harvester peut desservir la majorité des villes situées sur les côtes peuplées de l’ouest par le biais de navires de ravitaillement. Il aura également les moyens de ravitailler de plus larges bateaux de cargaison et des vaisseaux scientifiques dans la région.

Conclusion 

Arctic Harvester met à profit les ressources de l’Océan à tous les niveaux : source d’eau douce, espace social, fondement d’un système agricole et énergétique. Il fusionne avec son environnement dans une démarche d’enrichissement mutuel. Utopie ? On ne peut qu’espérer que ce projet ne reste pas au rang de projet primé avec de beau rendus 3D et qu’il voit le jour en pratique !  C’est en tout cas bien plus crédible que le projet des rigolos de Mars One !

Sources : http://meriemchabani.com/2013/10/18/arctic-harvester/

Hydrobox.com, Growshop.

Un Commentaire

  1. barrabas

    L’imagination n’a pas de limite, c’est bluffant !!!

Laisser un commentaire

Champs Requis *.