Hydroponie.fr

Culture Hydro

Tout savoir sur l’aéroponie, l’évolution ultime de la technique hydroponique.

| 2 commentaires

Présentation générale de l’aéroponie

L’aéroponie représente la dernière évolution de la technique hydroponique. Elle consiste en une saturation de l’atmosphère des racines en humidité grâce à une brumisation de la solution nutritive.

Cette méthode de culture (aéroponie) a été mise au point pour maximiser les apports d’oxygène aux racines, dans l’objectif d’augmenter le rendement.

En effet, la plante a besoin de d’oxygène (O2) lors de la respiration (dans les parties aériennes). C’est durant cette phase que l’énergie nécessaire à la croissance pour la plante est crée. Une partie de cette énergie est mobilisé par les racines qui l’utilisent pour prélever l’eau, les nutriments et assurer leur croissance/développement. La quantité d’oxygène aux racines et l’activité photosynthétique (de la quantité de lumière reçu ) sont donc étroitement liées.

 Pour l’aéroponie, les dispositifs ont été conçu pour que l’oxygène ne soit jamais en défaut afin de garantir une production d’énergie maximale par la plante.

Le principal inconvénients de ce dispositif, s’observe en été lorsque les températures extérieures sont élevées. La solution nutritive s’échauffe très rapidement, ce qui a conséquence de diminuer sa teneur en oxygène dissous.

En effet, et il est important de le souligner : plus la température de la solution nutritive (ou de l’eau) est haute, moins elle peut contenir d’oxygène. Et inversement.

La gestion de la température de la solution nutritive est primordial en aéroponie, surtout dans les dispositifs où le systèmes racinaires est plus sensible au attaques de pathogènes.

Il existe des refroidisseurs de réservoir (destinés à l’origine pour l’aquariophilie) qui permettent d’extraire une partie des calories de l’eau. (Refroidissement de la solution nutritive) et de limiter ainsi le risque de développement de maladies. Ces unités de refroidissement doivent être conçu pour traiter de l’eau assez salé (comprendre assez chargée en minéraux), afin de limiter l’encrassement causé par la précipitation.

Certains modèles sont équipés de lampe UV qui stérilise la solution nutritive en même temps qu’elle la refroidit. Le rayons UV ne modifie pas le pH de celle-ci mais peut causer des précipitations du fer, et donc arriver en situation de carence de cet éléments.


aéroponieFonctionnement du dispositif aéroponique

Les plantes sont disposées dans des pots-panier, le système racinaire est suspendu dans une milieu clos (gouttière par exemple) Une pompe envoie l’eau à haute pression à travers un brumisateur qui assure un mélange « intime » d’eau (et nutriments)et d’air. Un brouillard nutritif se crée. Les (micro) gouttelettes en suspension dans l’air se déposent sur les racines où elles ruissellent et retombent dans le réservoir du système.

Les systèmes aéroponiques utilisant cette méthode proposés sur le marché européen sont le Dutch Pot Aero, l’Aérofarm, proposé par GHE et l’Apollo de la firme Hydrosystemes.

Une autre méthode en aéroponie pour obtenir ce brouillard nutritif est d’utiliser un nébulisateur/humidificateur/brumisateur piézoélectrique ultrasonique ! On rencontre aussi ce matériel sous le nom de « Fogger ». Le principe de fonctionnement reste le même que la méthode précédente (brouillard nutritif) :  le brouillard est beaucoup plus dense.

On rencontre le terme de « culture ultraponique », contraction de « ultrason » et « hydroponique » pour désigner la culture de végétaux avec cette technologie. Il n’empêche que cette méthode reste, ni plus ni moins, de la culture hydroponique à perfectionner, surtout au niveau de la composition de la solution nutritive.

aéroponie - Mist makerEn effet, on remarque que les cellules de céramique qui, par leurs déplacements à la fréquence minimale de 20,000 hz, nébulise l’eau, devenant un aérosol* (*particules liquides/solides en suspension dans un milieux gazeux). Les minéraux contenu dans la solution nutritive on tendance à se déposer sur la surface des cellules de céramiques. Avec le temps, l’efficacité de la nébulisation diminue.

Les dispositifs utilisant le brumisateur à ultrason sont souvent artisanaux. Ils se composent d’un milieux clos (une caisse en plastique opaque fera l’affaire), la partie supérieur reçoit les plantes dans des pots paniers. Le brumisateur est installé dans la solution nutritive, un certain niveau est nécessaire pour que le nébulisateur fonctionne (informations fournies par le fabricant). Cela implique qu’il faut toujours veiller à maintenir le niveau de sa solution nutritive. Si le niveau est trop bas, la cellule en céramique se détériore très rapidement, obligeant son remplacement.(Quand se n’est pas le brumisateur qui as pris de chaud!) . Il existe des flotteurs pour brumisateur qui permettent de s’affranchir de ce désagrément.

Aéroponie et irrigation

L’apport de solution nutritive peut-être réalisé de manière continu. Mais l’irrigation dans ces systèmes aéroponiques est généralement cyclique, pour plusieurs raisons:

-Les pompes à hautes pressions, les brumisateurs font un certain bruit lorsqu’ils fonctionnent,

-Les nébulisateurs à ultrason ne doivent pas fonctionner plus d’1/4 heures en continu, sinon la cellule serait en surchauffe.

Il est possible d’installer 2 nébulisateurs fonctionnant tout les ¼ heures par intermittence . 2 programmateurs (timers) seront nécessaires.

Les cycles d’irrigation doivent être brefs et fréquents la journée. La nuit, l’évaporation est moins importante ce qui permet d’espacer les irrigations. Il existe des programmateurs avec des tranches de fonctionnement à la minute. permettant de gérer les cycles d’irrigations de jour et de nuit.

Mais peu importe la fréquence et la durée des cycles d’irrigation, du moment que l’atmosphère aux racines est saturée en humidité.

Aéroponie et entretien

Les systèmes aéroponiques sont relativement simple à nettoyer en fin de culture:

– remplir le réservoir d’une solution désinfectante/nettoyante -(eau de javel diluée à 5% , peroxyde d’hydrogène) et le faire fonctionner quelques temps.

– s’assurer que le circuit de distribution, les brumisateurs, les gouttières ne sont pas obstrués.

Curiosité

Uneaéroponie - aerogarden simeo déclinaison miniature et design d’un système aéroponique : l’aerogarden de simeo !

2 Commentaires

  1. barrabas

    Petite préférence pour les sytèmes Aeroflo de chez GHE, niveau quantité récoltée on ne fait toujours pas mieux …

  2. Si avec cette technologie, toute simple en fait, on n’a pas envie de cultiver en intérieur……

Laisser un commentaire

Champs Requis *.